الثلثاء في ١٢ كانون الاول ٢٠١٧ ، آخر تحديث : 09:42 م
YouTube Twitter Facebook RSS English French Portuguese
Hariri de Saïfi: Des différends existent au sein du 14 Mars, mais nous sommes unifiés dans les questions essentielles
 
 
 
 
 
 
16-02-2016
 
L'ancien Premier ministre, Saad Hariri, s'est rendu lundi à Saïfi où il a rencontré le chef du parti Sami Gemayel, en présence notamment du ministre Alain Hakim et des députés Elie Marouni et Samer Saadé.


M. Hariri a indiqué avoir abordé avec son hôte l'importance du respect de la Constitution et du jeu démocratique, ainsi que l'importance du respect, par les députés, de leur rôle consistant à se rendre au Parlement pour élire le président.


"Nous sommes dans un pays démocratique et nous avons des candidats bien connus. C'est la meilleure méthode démocratique pour parvenir à élire le président", a-t-il expliqué.


En réponse à une question sur des conditions précises pour accepter l'élection du député Michel Aoun, M. Hariri a répondu que la question ne concernait pas les conditions, rappelant à ce propos son " engagement clair " avec l'ancien ministre Sleiman Franjieh.


"Nous devons pratiquer la démocratie. On ne peut nous imposer un seul candidat, avec tout notre respect au général Aoun", a-t-il ajouté.


Il a affirmé qu'il respectera ses engagements jusqu'au bout.


Concernant les relations entre les composantes du 14 Mars, M. Hariri a reconnu qu'il y avait des différends. Il a toutefois affirmé que ces composantes resserrent toujours les rangs dans les questions essentielles.


Pour sa part, le président du parti Kataeb, Samir Gemayel, a rappelé la longue histoire de sacrifice qui lie le parti au député Saad Hariri.


Selon ses propos, les deux partis, Kataeb et Futur, prônent la modération, notant que l'engagement du courant du Futur dans la modération était décisif durant la période délicate que traverse la région, où sévit l'oppression takifiriste et l'extrémisme.


M. Gemayel a appelé toutes les parties à se rendre au Parlement pour élire le président. "C'est ici que réside l'importance de la position de M. Hariri, indépendamment du différend entre nos deux partis sur la question des candidatures. Il est donc important de pratiquer la vie démocratique, d'appliquer la Constitution, de reconnaitre les résultats et de respecter le processus démocratique à la base duquel le pays a été bâti il y a 80 ans", a-t-il conclu.
 
Pour ajouter des commentaires, vous devez être connecté ou enregistré
 
Commentaires
 
No Comment


 
أخبار متعلقة
لا يوجد أخبار متعلقة