الاثنين في ١١ كانون الاول ٢٠١٧ ، آخر تحديث : 10:11 م
YouTube Twitter Facebook RSS English French Portuguese
Nasrallah: Le général Michel Aoun est notre candidat naturel à la présidence
 
 
 
 
 
 
30-01-2016
 
Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a réaffirmé, ce vendredi lors d'une apparition sur la chaîne télévisée "Al-Manar", le soutien de son parti à la candidature du général Michel Aoun à la présidentielle, déclarant que le Hezbollah ne reviendra sur sa décision sauf si M. Aoun retire sa candidature.

"Les cadres du Hezbollah avaient étudié toutes les options et se sont mis d'accord sur le fait que Michel Aoun est le candidat naturel du parti", a affirmé Sayyed Nasrallah.

"Nous avons scellé un engagement politique et de principe avec Michel Aoun et nous tenons nos engagements, même si nous avons perdu dans la politique", a-t-il lancé, précisant que M. Aoun était libre de mener des ententes avec qui il veut et que le Hezbollah n'était pas gêné, même par le dialogue du CPL avec ses adversaires.

"Nous soutenons toute entente entre deux composantes libanaises et nous soutenons le dialogue, aussi bien au sein des communautés, qu'entre communautés différentes", a clamé le secrétaire général du Hezbollah.

Commentant les informations sur les divisions au sein des Forces du 8 Mars, Sayyed Nasrallah a qualifié les tentatives de l'autre camp pour diffuser de telles rumeurs de "vaines".

"Les alliances avec nos alliés sont basées sur les principes, sur la confiance et le respect mutuel, même s'il y a des divergences des points de vue entre nous sur certains détails. Nous discutons au sein du 8 Mars de tous les sujets, notamment de nos divergences ", a-t-il estimé, précisant que le Hezbollah n'imposait aucun point de vue à ses alliés.

Il a ensuite mis l'accent sur la relation forte entre le mouvement "Amal" et le "Hezbollah. "C'est une relation de dialogue et de communication quasi-quotidienne".

Concernant le soutien du chef du Courant "Futur", Saad Hariri, à la candidature du chef du Courant "Marada", Sleiman Frangieh à la présidentielle, Sayyed Nasrallah a dit: "M. Frangieh est un ancien allié et un ami. Il nous a mis au courant de ses rencontres avec l'autre partie et nous l'avons mis en garde contre le fait que l'autre camp tente de semer le trouble entre lui et le général Aoun ou entre ce dernier et le Hezbollah".

Et d'ajouter: "La façon dont s'est déroulée la rencontre entre M. Hariri et M. Frangieh à Paris a causé des troubles au sein du 8 Mars et du 14 Mars et a coupé la route à tout dialogue sérieux sur la candidature de Frangieh à la présidentielle".

"Si les députés iront au Parlement pour élire le général Aoun à la présidence, le Hezbollah participera à la séance législative et élira M. Aoun. Le Hezbollah ne veut ni de Constituante ni un amendement constitutionnel", a déclaré Sayyed Nasrallah.

Il a en outre appelé à ne pas attendre les événements régionaux et internationaux pour décider du sort de la présidentielle au Liban, affirmant que l'Iran n'avait pas besoin du dossier présidentiel libanais ni dans l'accord nucléaire qu'elle a scellé avec les grandes puissances ni dans d'autres questions.

Concernant la relance du travail gouvernemental, le secrétaire général du Hezbollah s'est dit ravi des ententes qui ont eu lieu entre les composantes politiques et qui ont pu relancer le travail gouvernemental, remerciant le Président de la Chambre, Nabih Berri, pour les efforts déployés en ce sens.

"Nous devrons renforcer le dialogue et le débat entre toutes les composantes politiques", a conclu Sayyed Nasrallah.
 
Pour ajouter des commentaires, vous devez être connecté ou enregistré
 
Commentaires
 
No Comment


 
أخبار متعلقة
لا يوجد أخبار متعلقة