الاربعاء في ٢٢ تشرين الثاني ٢٠١٧ ، آخر تحديث : 10:06 م
YouTube Twitter Facebook RSS English French Portuguese
Réunion extraordinaire du Secrétariat général des 14 Mars: "Engagés à défendre le Liban contre le projet du groupe du soulèvement"
 
 
 
 
 
 
19-01-2011
 
Le secrétariat général des 14 Mars a assuré lors de sa réunion extraordinaire mercredi son "engagement à défendre le Liban contre le projet du groupe du soulèvement", estimant que "la démission des ministres de l'Opposition est un chantage qui fait suite au blocage" et que "le Tribunal spécial pour le Liban est une garantie pour éviter au pays le retour au temps des milices".

Selon le communiqué paru à l'issue de la réunion et lu par le coordinateur général des 14 Mars l'ancien député Farès Souaid, les personnes réunies se sont penchées sur "le nouveau et grave chapitre de la crise libanaise, causé par la démission des ministres du 8 Mars du gouvernement d'union nationale - démission s'opposant aux engagements des forces politique lors de l'accord de Doha en 2008 et aux décisions du sommet tripartite de Baabda en juillet 2010".

Les 14 Mars ont estimé que "la démarche de la partie opposée en ce moment précis est une fuite devant l'esprit de responsabilité nationale", indiquant que cela a ajouté aux dangers qui menacent le Liban, avec l'échéance de l'acte d'accusation et l'ennemi israélien qui guette.

"Les Libanais s'attendaient à des mesures pour renforcer l'union nationale et la coexistence; mais cette démission est une escalade du chantage exercé contre l'Etat, après la politique de blocage qui a nui aux intérêts des Libanais, sans oublier les menaces et les intimidations", a ajouté le communiqué.

Les 14 Mars ont jugé "nécessaire d'informer l'opinion publique libanaise, arabe et internationale des faits suivants:

1: La crise actuelle n'est pas due à une lutte pour le pouvoir, ni à l'inaptitude du système politique Libanais, mais au désistement d'une partie politique de ses engagements envers l'Etat et les accords engendrés par le dialogue national durant les quatre dernières années. Ce désistement montre que les 8 Mars privilégient leurs propres intérêts et ceux de leurs relations régionales à ceux du Liban; la démission de leurs ministres à la veille de la parution de l'acte d'accusation prouve qu'ils (les 8 Mars) ne voulaient pas que les médiations syro-saoudiennes aident le Liban à préserver la stabilité face aux répercussions de l'acte d'accusation, mais cherchaient à tout avoir sans rien donner en retour, quel que soit le prix.

2: Les 14 Mars ont offert tous les sacrifices possibles et se sont désistés de certains de leurs droits démocratiques pour soutenir le Liban et préserver l'union nationale. Ils ont également eu recours au dialogue avec la partie adverse pour discuter des affaires de discorde. Ce dialogue a mené à des accords sur cinq dossiers principaux: l'attachement au TSL et à la résolution 1701, la démarcation des frontières avec la Syrie, l'abolition des armes palestiniennes en dehors des camps et l'élaboration d'une stratégie de défense.

Les 14 Mars ont également soutenu les chefs de l'Etat et du Gouvernement dans leur ouverture sur la Syrie et l'Iran, malgré leurs réserves, afin de parvenir à l'établissement d'un Etat non soumis aux conditions imposées par des groupes ou partis politiques.

3: Avant de mener à l'effondrement du gouvernement, les 8 Mars avaient conduit à l'échec de tous les accords précédemment cités en fermant la porte au dialogue national et en usant du blocage.

4: Notre conflit avec le camp adverse n'est pas sur la gestion du Liban mais sur la nature du pays et son identité. Par la suite, les 14 Mars réaffirment aux Libanais leur engagement: - à défendre le Liban contre tout projet de soulèvement visant à transformer le pays en base iranienne sur la méditerranée. - au TSL qui est la garantie pour éviter au pays le retour au temps des milices. - à la coexistence et à la pluralité. - à l'ouverture du Liban sur le monde entier. - au partenariat et à la solidarité avec le monde arabe".

Ont assisté à cette réunion: les députés Ammar Houri et Sebouh Kalbakian, les anciens députés Farès Souaid, Moustafa Allouch et Samir Frnagieh, ainsi que MM. Eddy Abi Lamah, Elias Abou Assi, Wageh Norbatlian, Hrar Hovivian, Naufal Daou, Nadim Abdel Samad, Youssef Doueihy et Nassir Assaad.
 
Pour ajouter des commentaires, vous devez être connecté ou enregistré
 
Commentaires
 
No Comment


 
أخبار متعلقة
لا يوجد أخبار متعلقة