الثلثاء في ٢١ تشرين الثاني ٢٠١٧ ، آخر تحديث : 09:59 ص
YouTube Twitter Facebook RSS English French Portuguese
Fatfat du Canada: Mikati désigné par la force des armes
 
 
 
 
 
 
21-02-2011
 
Le député Ahmad Fatfat a estimé lundi que "le Premier ministre désigné Najib Mikati a été nommé à la suite d'un soulèvement et par la force des armes, et non pas par une décision politique".

M. Fatfat, qui représente le Premier ministre sortant Saad Hariri lors des célébrations organisées par le Courant du Futur au Canada à l'occasion de la sixième commémoration de l'assassinat de Rafic Hariri, a affirmé dans un entretien accordé au journal Al-Akhbar affilié au quotidien Annahar au Canada, que "M. Mikati a été chargé de former le prochain gouvernement à la suite du repositionnement de certains sous les menaces et par la force des armes".

"Le déploiement des "Chemises Noires" dans les différentes régions visait à effectuer des pressions pour assurer la majorité parlementaire; et c'est ce qui s'est passé avec le député Walid Joumblatt tout d'abord, puis avec M. Mikati et le ministre Mohammed Safadi", a-t-il expliqué.

M. Fatfat a ajouté que "le bloc du Futur et les 14 Mars sont prêts à coopérer pour préserver la Constitution, les Institutions de l'Etat et la démocratie du régime", notant que "la liste de leurs conditions, indispensables pour préserver l'entité nationale et pour leur participation au gouvernement, a été présentée à M. Mikati".

Le député a précisé que "M. Mikati avait assuré son attachement au Tribunal spécial pour le Liban lors des législatives de 2009, comme il avait approuvé les constantes du communiqué de Dar-Al-Fatwa qui sont nationales par excellence", déplorant que "M. Mikati ne se soit pas encore prononcé clairement et fermement sur ces points pour réaffirmer sa position de centriste et sa protection du TSL et de la Résistance".

Au sujet des armes, M. Fatfat a souligné qu'il y a "une différence entre les armes de la Résistance dirigées vers Israël et celles de l'intérieur libanais", indiquant que "ces armes n'ont pas été utilisées contre Israël depuis 2006, ce qui n'est pas le cas sur la scène interne".

"Ces armes, outil de menace à chaque échéance, sont rejetées par la Constitution et les accords de Taef et de Doha qui stipulent que les armes doivent être détenues exclusivement par l'Etat", a-t-il signalé.

Au sujet du prochain cabinet, M. Fatfat a considéré que "les 8 Mars vont à l'encontre de tous les accords précédents" et qu'ils "refusent le gouvernement d'union nationale tout en voulant annuler le rôle historique du Liban, venir à bout de sa démocratie et le positionner sur un axe régional non-arabe".

Le député s'est par ailleurs penché sur les fuites d'informations sur l'acte d'accusation, assurant que son groupe "acceptera cet acte s'il est basé sur des preuves tangibles", réitérant enfin sa confiance en le TSL qui est "une instance formée par le Conseil de Sécurité et qu'on ne peut abolir ni changer".
 
Pour ajouter des commentaires, vous devez être connecté ou enregistré
 
Commentaires
 
No Comment


 
أخبار متعلقة
لا يوجد أخبار متعلقة